31 décembre 2010

Happy trouvaille #17 Phil Hansen

Phil Hanson renouvelle l'élan de la folie artistique : cet artiste plein d'imagination et surtout plein de talent est capable de s'exprimer avec toutes sortes de matériaux. Homme de son époque, il est inexorablement inspiré par les produits de consommation et les mythes contemporains qui l'entourent. Souvent sous la forme d'oeuvres d'art éphémères, il réalise des performances qu'il filme et qu'il détruit aussitôt réalisées. De la peinture à l'Oréo jusqu'au portrait d'Amy Winhouse au vin rouge et en passant par l'icone de la Vierge en pain de mie grillé, Phil Hanson provoque par son talent déconcertant et par la destruction annoncée de son surprenant travail.

Vous pouvez retrouvez ses performances sur son site "Philinthecircle". Franchement dingue, assurément génial.






4 décembre 2010

Monoprix, la campagne arty

Minimalisme, typo en lettres capitales, bandes de couleurs : la nouvelle image de Monoprix prend des airs de Pop art. Belle inspiration que celle de ce mouvement qui avait pris la grande consommation comme support d'inspiration. Ici, il est évident que le Bobo un peu cultivé reconnaîtra l'esprit de Warhol, l'artiste qui a installé la boite de Campbell au Panthéon des marques cultes.

L'objectif de cette campagne? Affirmer le positionnement de Monoprix comme la MDD urbaine, branchée, quali et populaire: "des produits aussi bons, aussi beaux, aussi chics que s'ils étaient chers".

Avec des slogans accrocheurs autant que provocateurs, ("non au junk design", "non au quotidien quotidien", "parce que le lait peut être beau"), la campagne réalisée par Havas reprend la dialectique de l'arty. Les standards artistiques sont appliqués aux objets pour créer un ensemble beau, humoristique et décalé.

Là où la campagne s’engage très explicitement pour l’arty, c'est que la communication de son lancement reprend elle même les codes de l'art : esthétique, provocation, ostentation, dérision et imitation. Et le rapprochement avec l'art est délibéré : outre une campagne d'affichage exceptionnelle, une monumentale boite de tomate réalisée par le plasticien Mathieu Mercier a été installée devant le centre Pompidou (l'artiste est connu pour ses installations qui isolent les objets du quotidien pour en révéler la beauté).

De la dérision avec de des jeux de mots sur chaque packaging, du beau appliqué à des produits de tous les jours : Monoprix s’engage pour transfigurer le banal et esthétiser la consommation. D’un point de vue marketing, c’est un beau moyen de se différencier quand l’offre des marques de distributeurs manque beaucoup de visibilité.

La signature graphique autant que le lancement font réagir les adeptes du beau et de l'humour mais aussi les perplexes : à la manière de l'art, c'est aussi un objectif pour cette campagne de faire réfléchir et réagir:


14 novembre 2010

Lille3000 : "La route de la soie"

Jusqu'au 16 janvier 2011 au Tri Postal de Lille, la Galerie Saatchi fait la part belle aux artistes chinois, indiens et du Moyen Orient. On y trouve beaucoup des oeuvres déjà présentes dans l'expo londonienne "New Art from the Middle East" du printemps dernier (cf article "Burq'art, l'art lève le voile"). Cela se passe pendant Lille3000 et l'expo s'appelle "La route de la soie". Enjoy.



Qui Jie, "Portrait de Mao", 2007 ( "Mao" en chinois veut dire "chat"...)

Shadi Ghadirian, "Domestic life", 2002

30 octobre 2010

Happy trouvaille de la semaine #16 Andréa Francolino #Show Off


Digne héritier du Pop Art, Andréa Francolino reprend les rênes de l'art consumériste et conçoit ce qui pourrait être du "Warhol en 3D".
Critique de la société de consommation, Francolino s'attaque avec humour aux packagings qu'il parodie en travaillant sur les slogans et les figures mythiques contemporaines. Avec ironie, il cherche à montrer que le marketing tend à apporter plus d'importance au contenant qu'au contenu.

L'artiste italien projette sur les packagings une célébrité qui devient l'égérie d'une marque tournée en dérision : Fidel [Castro] devient "Lidl", Francis Bacon endosse le rôle de Mc Bacon, Liz Hurley mange des Ritz à défaut de manger au Ritz, Dash est promu par un Michael Jackson "Plus blanc que blanc", Silvio Berlusconi devient pour Durex un "Ex Dur", nos présidents sont sérigraphiés sur une série de boîtes de camembert,...

Encore une fois le couple marque/artiste apparaît tumultueux : inspiration généreuse et matière intrasèque du travail de l'artiste, la marque n'est pourtant pas épargnée. C'est le revers d'une liaison réciproquement intéressée mais résolument complice.

Francolino est exposé l'International Art Trade Gallery et était présenté sur SHOW OFF, le Solo Show en marge de la FIAC la semaine dernière.




28 octobre 2010

YouTube Play & le Guggenheim ont choisi un Frenchy!

Je vous parlais du concours lancé en juin dernier par le Guggenheim new-yorkais et YouTube (http://sohappyfew.blogspot.com/2010/06/youtube-collabore-avec-le-guggenheim.html).
Les 25 vidéos les plus créatives ont été élues et un Français, Pierre-Axel Vuillaume-Prézeau, est l'un des lauréats avec « Le Syndrome du Timide ». 23000 vidéos ont été reçues, et celle-ci est vraiment réussie.
L'art vidéo est déjà rentré dans les musées; cette initiative prouve-t-elle que le user generated content à un avenir artistique?



27 octobre 2010

FIAC + SHOW OFF

Quelques photos prises la semaine dernière à la FIAC et à Show Off, un solo show en marge de la foire où les galeristes ont le défi de présenter le travail d'un seul de leurs artistes.
Pas forcément des photos d'oeuvres que je trouve belles mais de celles qui montrent la vision que les artistes ont des marques.
D'autres photos également d'oeuvres surprenantes, car la FIAC est un peu notre cabinet de curiosités contemporain ...

à Show off, Francolino, "Plus blanc que blanc"

J. Wohnseifer, "Reimport"

Un tapis dont je ne me souviens que du prix... 13 000€
Pascal Pinaud, "Noir de style Matt Citroën"

chez Larry Gagosian...

Shaka

B. Toguo, "The African cocoa farmer, a bitter life"

Thomas Fougeirol, Untitled

Théo Mercier, "Le Solitaire"

Le pneu sculpté de Wim Delvoye

le pneu argenté de Sylvie Fleury

Jaume Plensa, "Nuria's white head"

avec Moretti, de la galerie Moretti& Moretti



16 octobre 2010

Happy trouvaille #15 Aaron Nace

Aaron Nace est photographe et artiste digital américain. Son but n'est pas seulement la performance Photoshop, mais la création émotionnelle. Retouvez-le sur son blog et suivez ses tutauriaux Photoshop (250$). Je vous invite en particulier à jetez un oeil sur ses self portraits, vraiment bien réussis... voici quelques exemples :


6 octobre 2010

Le street art fait des émules (encore!)

L’art urbain n’en finit pas d’inspirer de nouvelles méthodes de communication. Après les simulacres de graffitis, les happenings événementiels, la pub s’empare à présent du pochoir. Une entreprise comme Green Graffiti s’est même spécialisée dans le pochoir urbain : sur une surface encrassée par la pollution, on pose le pochoir dans lequel on a découpé un message ou un logo et on passe le tout au K’a’rcher.


Là où le concept est fort, c’est qu’il est à la fois arty et écolo. Des marques comme Domino’s Pizzas, Elle ou Starbucks ont déjà testé cet outil de comm’ peu onéreux et doublement efficace. La communication est maîtrisée, ciblée, originale, durable, green et l’image de marque n’en est qu’améliorée.
Le plus simple est de découvrir le concept en vidéo :






26 septembre 2010

Shiseido fête son Arty Birthday


Pour fêter ses trente ans d'implantation en France, la marque de cosmétiques nippone Shiseido organise l'Urban Art Box : un peu comme l'avaient fait Chanel et Hermès, la marque présente 6 installations d'artistes en collaboration avec l'agence Art Actuel. Le jury qui a sélectionné les participants était composé de pontes du design, de l'art, de la culture et de la mode, avec comme personnalité habituée de ce genre d'opérations, Jean-Charles de Castelbajac.

Mission des 6 artistes retenus: s'exprimer sur le thème de la beauté et composer leur oeuvres au sein de cubes de plexi géants.

En vous rendant jusqu'au 10 octobre à l'Hôtel de l’industrie, 4 place Saint Germain des Prés, dans le 6ème, vous pourrez découvrir les Urban Art Box de Pauline Angotti (vidéaste), d'Isadora Chen (plasticienne), de Jean Isnard (sculpteur), d'Hélène Launois (plasticienne), d'Eric Le Maire (graphiste) et d'Emmanuel Lesgourgues (scénographe). Vous pourrez également voter pour l'artiste de votre choix et lui permettre d'exposer à Tokyo.



Pour retrouver l'Urban Art Box sur Facebook : http://www.facebook.com/?sk=messages#!/ShiseidoFrance?ref=ts


22 septembre 2010

Le design grande conso


Alors que l'artistique prend de plus en plus de place dans les objets du quotidien, voilà que les web-mousquetaires d'Intermarché ont lancé cette semaine le "design discount".

Grand choc que cette si explicite introduction de l'arty sur le marché de la consommation de masse. Et pourtant l'émergence du design dans les produits de grande conso le laissait présager...

Intermarché inaugure le design pas cher au travers de ventes limitées et exclusivement sur internet.
Du fauteuil 60's au tableau (premier prix à 54.90€), la boutique en ligne Intermarché Collection s'engage sur son site pour "des produits design, discount, livrés chez [vous] en quelques jours".
Hâte de pouvoir en mesurer le succès, la qualité, et d'en identifier la cible.



11 septembre 2010

L'apéro arty à consommer sans modération

La customisation des bouteilles d'alcool est le nouveau dada des chargés de comm et des marketers (cf article sur le champagne Dom Pérignon). Il faut dire que le collector et le design s'accordent bien avec le support! Les marques veulent se différencier et apporter de la valeur ajoutée à leur consommateurs : du distinctif, de l'inédit, du collector, du beau - what else?
Absolut Vodka, pourtant connu pour ses bouteilles ultra épurée, a tenté l'opération arty avec deux artistes, Stephen “ESPO” Powers et Chino Aoshima. La campagne s'appelle "the Absolut Art of Sharing"...









Chino Aoshima

Stephen “ESPO” Powers






La célèbre marque de whiskey Ballantine's a quant a elle confié sa bouteille au designer londonien Kacper Hamilton [il vient de la même école que les designers de Dom Pérignon, ndlr !], renouvelant son discours de marque autour de l'idée "d'art de la dégustation". Le set de dégustation (carafe + verres à whiskey) qu'il a créé pour la marque évoque l'univers de la distillerie :




















Juste pour prouver qu'il y a bel et bien un phénomène arty dans les opérations comm et les pubs d'alcool, je me suis amusée à lister les marques concernées (j'en oublie, c'est sûr!!) : Dom Perrignon, Absolut, Ballantine's, Get 27 (Arcimboldo), Malibu (Arcimboldo), Martini ("l'art de rafraîchir"), Nicolas Feuillate (Nils Udo), Pastis (opé "51 Design by”), Desperados (huge expo au Palais de Tokyo), Kronenbourg (Starck), Mumm ( Patrick Jouin)...


7 septembre 2010

Happy trouvaille # 14 Freddy Dupas et la peinture métaphysique

Il y a des artistes qui créent pour répondre à une quête existentielle, inextricablement attirés par la matière pour donner du sens, où en chercher. Freddy Dupas est de ceux là.

Ce peintre du Nord de la France explique ainsi le lien étroit entre son oeuvre et sa philosophie : "D'onde en onde, la matière se colore, s'illumine, s'anime, se dessine et définit l'univers à travers le visible et l'invisible, livrant ainsi l'homme dans une profonde solitude et dans des doutes existentiels, avec cependant, un désir de s'élever vers la lumière."

Dans Le Monde Vibratoire, sa dernière collection, on peut approcher sa vision cosmogonique de la peinture, sous différentes périodes qu'il a nommées matière, eau , lumière et cellules. C'est que Freddy Dupas recherche dans l'énergie de la peinture la force qui anime l'univers. Il explique que "[sa] technique est étroitement liée à la philosophie , il y a interactivité entre les deux. L'ossature se fait par une technique de minéralisation de papiers marouflés sur toile, c'est ensuite qu'[il] travaille sur la fluidité de la matière afin de créer la vie toujours en mouvement..."

Rendez-vous sur le site de l'artiste pour découvrir ses autres thématiques en galerie virtuelle.

Freddy Dupas exposera en octobre/novembre au Channel et Musée de la dentelle de Calais. Il anime également des ateliers pédagogiques avec des écoles sur l'importance et la signification de la présence de l'homme sur la planète et dans le cosmos.


La Matière (2008)

Les Cellules (2008)La lumière (2008)


2 septembre 2010

marketing loves art : Dom Perignon célèbre Andy Warhol

Après le packaging Pop des bouteilles de champagne Pommery, Dom Pérignon lance un clip vidéo et une série limitée de bouteilles "sérigraphiées" en hommage à Andy Warhol.

Une célébration artistique qui est surtout une belle stratégie marketing : l'arty autant que les éditions limitées font vendre et Andy Warhol est sans conteste l'artiste le plus abordable, le plus populaire et le plus applicable à la grande conso. Pour cette opé pop, Dom Pérignon a customisé et signé des bouteilles de la cuvée 2000, mais également des seaux à glace et des coupes à champagne, déclinés en 3 couleurs chères à Andy.

C'est le Design Laboratory de la Central Saint Martins School of Art qui a réalisé le relooking du fameux champagne. Dom Pérignon justifie et rend légitime ce choix publicitaire en citant un extrait du journal intime de l'artiste, en 1981 : « Suis allé à la galerie où il y avait une petite exposition des Chaussures scintillantes, et a dû faire des interviews et des photos pour le journal allemand et puis on a dû retourner à l’hôtel où les gens de « 2.000 » nous ont cherchés — c’est un club de vingt mecs qui se sont mis ensemble et ils vont acheter 2.000 bouteilles de Dom Pérignon pour les mettre dans une pièce scellée jusqu’à 2000, année où ils l’ouvrira, alors la blague qu’on fait sans cesse c’est qui sera là et qui n’y sera plus ».

C'est beau, c'est tendance, c'est en exclu dans quelques grands clubs, en octobre chez les cavistes et puisque c'est un peu de l'art, ça coûtera 149€.






31 août 2010

Happy trouvaille de la semaine #13 Mr Folly

Gros GROS coup de coeur cet été pour Mr Folly, jeune artiste qui se paye le luxe d'être autodidacte...
Inspiré par le hip hop et la culture urbaine en général, ce petit génie applique la technique du graff à la photo. Sa dernière série (sauf visuel ci- dessous) est d'ailleurs réalisée en collaboration avec un photographe, Eric Madeleine.


A la bombe, au feutre Posca ou à la peinture, Mr Folly réalise des pochoirs personnalisés d'où jaillissent la force de ses sujets et la poésie des mots qu'il leur appose.
Je ne sais pas ce que vous en penserez, mais je trouve ça vraiment génial et nouveau dans la technique.

Pour vos beaux yeux:


Si vous êtes conquis, vous pouvez vous rendre sur le site de Mr Folly, comprendre les étapes de sa technique et même passer une commande personnalisée...