26 septembre 2010

Shiseido fête son Arty Birthday


Pour fêter ses trente ans d'implantation en France, la marque de cosmétiques nippone Shiseido organise l'Urban Art Box : un peu comme l'avaient fait Chanel et Hermès, la marque présente 6 installations d'artistes en collaboration avec l'agence Art Actuel. Le jury qui a sélectionné les participants était composé de pontes du design, de l'art, de la culture et de la mode, avec comme personnalité habituée de ce genre d'opérations, Jean-Charles de Castelbajac.

Mission des 6 artistes retenus: s'exprimer sur le thème de la beauté et composer leur oeuvres au sein de cubes de plexi géants.

En vous rendant jusqu'au 10 octobre à l'Hôtel de l’industrie, 4 place Saint Germain des Prés, dans le 6ème, vous pourrez découvrir les Urban Art Box de Pauline Angotti (vidéaste), d'Isadora Chen (plasticienne), de Jean Isnard (sculpteur), d'Hélène Launois (plasticienne), d'Eric Le Maire (graphiste) et d'Emmanuel Lesgourgues (scénographe). Vous pourrez également voter pour l'artiste de votre choix et lui permettre d'exposer à Tokyo.



Pour retrouver l'Urban Art Box sur Facebook : http://www.facebook.com/?sk=messages#!/ShiseidoFrance?ref=ts


22 septembre 2010

Le design grande conso


Alors que l'artistique prend de plus en plus de place dans les objets du quotidien, voilà que les web-mousquetaires d'Intermarché ont lancé cette semaine le "design discount".

Grand choc que cette si explicite introduction de l'arty sur le marché de la consommation de masse. Et pourtant l'émergence du design dans les produits de grande conso le laissait présager...

Intermarché inaugure le design pas cher au travers de ventes limitées et exclusivement sur internet.
Du fauteuil 60's au tableau (premier prix à 54.90€), la boutique en ligne Intermarché Collection s'engage sur son site pour "des produits design, discount, livrés chez [vous] en quelques jours".
Hâte de pouvoir en mesurer le succès, la qualité, et d'en identifier la cible.



11 septembre 2010

L'apéro arty à consommer sans modération

La customisation des bouteilles d'alcool est le nouveau dada des chargés de comm et des marketers (cf article sur le champagne Dom Pérignon). Il faut dire que le collector et le design s'accordent bien avec le support! Les marques veulent se différencier et apporter de la valeur ajoutée à leur consommateurs : du distinctif, de l'inédit, du collector, du beau - what else?
Absolut Vodka, pourtant connu pour ses bouteilles ultra épurée, a tenté l'opération arty avec deux artistes, Stephen “ESPO” Powers et Chino Aoshima. La campagne s'appelle "the Absolut Art of Sharing"...









Chino Aoshima

Stephen “ESPO” Powers






La célèbre marque de whiskey Ballantine's a quant a elle confié sa bouteille au designer londonien Kacper Hamilton [il vient de la même école que les designers de Dom Pérignon, ndlr !], renouvelant son discours de marque autour de l'idée "d'art de la dégustation". Le set de dégustation (carafe + verres à whiskey) qu'il a créé pour la marque évoque l'univers de la distillerie :




















Juste pour prouver qu'il y a bel et bien un phénomène arty dans les opérations comm et les pubs d'alcool, je me suis amusée à lister les marques concernées (j'en oublie, c'est sûr!!) : Dom Perrignon, Absolut, Ballantine's, Get 27 (Arcimboldo), Malibu (Arcimboldo), Martini ("l'art de rafraîchir"), Nicolas Feuillate (Nils Udo), Pastis (opé "51 Design by”), Desperados (huge expo au Palais de Tokyo), Kronenbourg (Starck), Mumm ( Patrick Jouin)...


7 septembre 2010

Happy trouvaille # 14 Freddy Dupas et la peinture métaphysique

Il y a des artistes qui créent pour répondre à une quête existentielle, inextricablement attirés par la matière pour donner du sens, où en chercher. Freddy Dupas est de ceux là.

Ce peintre du Nord de la France explique ainsi le lien étroit entre son oeuvre et sa philosophie : "D'onde en onde, la matière se colore, s'illumine, s'anime, se dessine et définit l'univers à travers le visible et l'invisible, livrant ainsi l'homme dans une profonde solitude et dans des doutes existentiels, avec cependant, un désir de s'élever vers la lumière."

Dans Le Monde Vibratoire, sa dernière collection, on peut approcher sa vision cosmogonique de la peinture, sous différentes périodes qu'il a nommées matière, eau , lumière et cellules. C'est que Freddy Dupas recherche dans l'énergie de la peinture la force qui anime l'univers. Il explique que "[sa] technique est étroitement liée à la philosophie , il y a interactivité entre les deux. L'ossature se fait par une technique de minéralisation de papiers marouflés sur toile, c'est ensuite qu'[il] travaille sur la fluidité de la matière afin de créer la vie toujours en mouvement..."

Rendez-vous sur le site de l'artiste pour découvrir ses autres thématiques en galerie virtuelle.

Freddy Dupas exposera en octobre/novembre au Channel et Musée de la dentelle de Calais. Il anime également des ateliers pédagogiques avec des écoles sur l'importance et la signification de la présence de l'homme sur la planète et dans le cosmos.


La Matière (2008)

Les Cellules (2008)La lumière (2008)


2 septembre 2010

marketing loves art : Dom Perignon célèbre Andy Warhol

Après le packaging Pop des bouteilles de champagne Pommery, Dom Pérignon lance un clip vidéo et une série limitée de bouteilles "sérigraphiées" en hommage à Andy Warhol.

Une célébration artistique qui est surtout une belle stratégie marketing : l'arty autant que les éditions limitées font vendre et Andy Warhol est sans conteste l'artiste le plus abordable, le plus populaire et le plus applicable à la grande conso. Pour cette opé pop, Dom Pérignon a customisé et signé des bouteilles de la cuvée 2000, mais également des seaux à glace et des coupes à champagne, déclinés en 3 couleurs chères à Andy.

C'est le Design Laboratory de la Central Saint Martins School of Art qui a réalisé le relooking du fameux champagne. Dom Pérignon justifie et rend légitime ce choix publicitaire en citant un extrait du journal intime de l'artiste, en 1981 : « Suis allé à la galerie où il y avait une petite exposition des Chaussures scintillantes, et a dû faire des interviews et des photos pour le journal allemand et puis on a dû retourner à l’hôtel où les gens de « 2.000 » nous ont cherchés — c’est un club de vingt mecs qui se sont mis ensemble et ils vont acheter 2.000 bouteilles de Dom Pérignon pour les mettre dans une pièce scellée jusqu’à 2000, année où ils l’ouvrira, alors la blague qu’on fait sans cesse c’est qui sera là et qui n’y sera plus ».

C'est beau, c'est tendance, c'est en exclu dans quelques grands clubs, en octobre chez les cavistes et puisque c'est un peu de l'art, ça coûtera 149€.